Belle Épine

Rebecca Zlotowski

Film

Partager

France201080 MinFrançais

Sous-titres: EN, DE

Faites passer le mot

Belle Épine est à découvrir sur ArteKino jusqu'au 30 septembre

Dans la presse

BELLE EPINE se construit sur des moments, des sensations, des ambiances qui sont autant de miracles de justesse, de force, de sensibilité
Le Monde

Belle Épine

Prudence Friedman a 17 ans. Soudain livrée à elle‐même dans l’appartement familial, elle rencontre Marilyne, une frondeuse du lycée qui lui fait découvrir le circuit sauvage de Rungis, où tournent dangereusement grosses cylindrées et petites motos trafiquées. Fascinée par la bande du circuit, Reynald, Franck et les autres, Prudence tente d’y gagner sa place, en essayant de faire passer sa solitude pour de la liberté.

Semaine de la Critique Cannes

Louis-Delluc Prize for Best First Film

Cast:  Léa Seydoux
Production: Les Films Velvet / DistributionPyramide Distribution

artekino.film.label.artekino_quote

Le premier long métrage de Rebecca Zlotowski est une proposition de teen movie à la française qui suit les pas d’une adolescente livrée à elle-même. Prudence Friedman, 17 ans, va découvrir par l’intermédiaire d’une amie du lycée le monde du circuit de motos de Rungis, aux marges de la société. Zlotowski tisse la métaphore des rugissements des grosses cylindrées, de l’ambiance dangereuse des courses comme images de désir sexuel et d’exploration des interdits, à la recherche de la liberté. Entre rencontres avec des garçons sauvages et premiers émois amoureux, Belle Epine dresse le portrait d’une jeune femme fascinante et fascinée, ironiquement prénommée Prudence, chez qui la tentation du risque et de la nuit ouvre des horizons nouveaux. Léa Seydoux y trouve un de ses premiers grands rôles.
Olivier Père, Directeur de ARTE France Cinéma

Rebecca Zlotowski

La perversité ne m’intéresse pas. La séduction, oui.

Rebecca Zlotowski entre en 2003 à la Fémis, l'une des plus prestigieuses écoles de cinéma, dans la section scénario. Pour son premier long-métrage BELLE ÉPINE (2010), qui est aussi son film de fin d'études, la jeune femme retient d'emblée l'attention de ses pairs : le film est sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes et vaut à son actrice principale, Léa Seydoux, la nomination du César du Meilleur espoir féminin en 2011. Parallèlement à son activité de réalisatrice, elle signe les scénarios de JIMMY RIVIÈRE (2011) de Teddy Lussi-Modeste, avec Guillaume Gouix et Béatrice Dalle, et MALGRÉ LA NUIT (2015) de Philippe Grandrieux. En 2013, Rebecca Zlotowski retrouve Cannes et Léa Seydoux grâce à son nouveau film GRAND CENTRAL, sélectionné à Un Certain Regard. Elle participe au jury Cinéfondation et courts métrages du Festival de Cannes en 2015, sous la présidence d'Abderrahmane Sissako. Pour son troisième film, Rebecca Zlotowski s'ouvre à l'international avec PLANÉTARIUM (2016), qui met en scène Natalie Portman et Lily-Rose Depp. En 2019, son film UNE FILLE FACILE a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs où il a reçu le prix de la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques).

image/svg+xml